Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 16:14

Je veux entre nous du respect. Je veux dans nos actions de la considération pour l'existence de l'autre, qu'on le voit comme un autre soi. Qu'on ne cherche pas à se heurter, qu'on s'abstienne de se comparer l'un par rapport à l'autre, pour finalement avec humilité accepter sa valeur, sans désir de supériorité ni crainte d'infériorité.

Je veux entre nous de la bienveillance. Ne chercher que le bien être de l'autre, savoir l'aider avec justesse et abnégation, participer de par la diffusion de ce qu'on est à son élévation, et pointer ses défaillances avec indulgence. Lui partager nos joies, et éviter de le noyer de négativité.

Je veux entre nous de l'authenticité. Qu'on ne se mente pas sur ce qu'on est, qu'on ne cherche pas à se cacher. Que partager un instant soit aussi une occasion de partager sa personne. Viser à comprendre l'autre et à être compris. Pour ainsi se faire accepter, accepter l'autre, et mieux s'accepter soi.

Je veux entre nous de la sincérité. Qu'on ne déguise pas notre état, pour que ce qu'on exprime corresponde à ce qui nous anime. Que notre parole soit harmonieuse avec notre pensée, et que nos pensées n'aient pas peur de se transformer en paroles.

Je veux entre nous du lacher prise. Qu'on laisse à l'autre sa liberté, qu'on accepte ses choix quels qu'ils soient, et qu'on accepte qu'il puisse changer. Et même si ce n'est pas sans regret, qu'on accepte qu'un jour nos chemins puissent se séparer.

Dans toutes ces conditions, j'ai espoir que nous puissions réussir à créer et à faire perdurer une relation d'une parfaite pureté.

Partager cet article

Repost0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 23:04

Changer les gens ? Je ne crois plus que ça se fera en débattant seul contre tous avec une approche purement technique. Et ce, que ce soit à propos de l'aberrance de nos vies, du système politique, économique, financier et toutes ces joyeusetés. Bien qu'une maigre portion d'esprits libres se sentent concernés, nombre ne se remettent jamais en question, en demeurant dans le déni total. S'ils n'ont pas été préparés à recevoir l'idée, ils se perdront dans des raisonnements obtus, emplis de préjugés défiants les lois de la logique.. et bien trop souvent se réfugierons confortablement dans le cynisme pour justifier l'injustifiable. Notre société se dit rationnelle mais il n'en est rien, une idée sera rapidement décrédibilisée si elle sort des cadres habituellement admis par la pensé commune.

Puisque le discours rationnel n'est pas le plus probant, inutile donc de s'acharner à tout argumenter à coup de démonstration rigoureuses. Il y a une autre voie : la communication émotionnelle. Car là où le mental fait obstacle, le coeur se laisse facilement affecter ; par ailleurs les publicitaires l'ont eux bien compris. Puisque qu'avant d'être un esprit cartésien, l'humain est avant tout sentiments et émotions. Et c'est par ce biais que nous communiquons le mieux et au plus grand nombre. C'est un language universel. Tout le monde est dans une certaine mesure doté d'empathie, alors parlons avec chaleur sans peur de trop en faire. Osons nous révéler la richesse de nos états d'âmes dans toute leur splendeur, osons exprimer avec passion notre révolte face à ce monde qui ne correspond pas à nos aspirations. Osons parler de ce qui nous fait vibrer. A bas les masques et sortons de nos habitudes de glace, bien qu'à la fois si différents, nous sommes tous semblables, et donc aptes à comprendre et exprimer notre rage de vivre.

 

Ce n'est qu'en parlant avec ton coeur que tu seras capable de toucher le coeur de quelqu'un

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 03:16

Ah ! Toi qui critique le dogmatisme des religieux ! Sais-tu qu'en occident, alors que le christianisme recule peu à peu, les maîtres du monde y ont instauré un nouveau culte, sans le nommer, qui s'étend progressivement dans le monde entier ? Difficile à identifier, son nom se cache sous les mots progrès et modernité, mais ne vous y trompez pas consuméristes pratiquants, vous avez étés formatés. Vous avez adoptés aveuglément des valeurs, principes de vie et croyances idéologiques sans fondements.

 

Dans cette grande secte, le fidèle ne doit plus se soumettre au ciel, mais à ses supérieurs hiérarchiques et à l'autorité sacrée de l'Etat. Il a pour devoir de vénérer le Dieu argent, et l'honore par le rituel de la consommation, en particulier en période de cérémonie comme les soldes ou noël. Il doit au possible assister aux messes quotidiennes de 20h, sur TF1 pour la branche la plus extrême. La télévision est un bon moyen de se tenir au courant des réformes, la connaissance de la mode et des tendance démontrant la foi d'un individu. Ceux-ci sont tâchés de rendre hommage aux idoles saint Coca-Cola et saint Mac-Donald, dont les aliments riches en sucres, gras et joyeusetés chimiques sont idéals pour former l'homme cancéreux de demain. Le don de soi est aussi très apprécié, ainsi un disciple dévoué travaillera plus de trente cinq heures par semaine pour la sacro-sainte croissance économique. L'objectif de tout croyant est d'atteindre la richesse matérielle et la réussite professionnelle.

 

 A noter que cette religion a la particularité de renier toute spiritualité, sa vision du monde étant réduite au matérialisme, ils n'ont ainsi pas eu besoin d'être très créatifs au sujet de la vie après la mort, puisque inexistante dans leur mythologie. De plus, ils travaillent dur à supprimer la vie avant la mort. Cependant, ils innovent en abandonnant ces préceptes dépassés d'amour, de sagesse, de respect, d'entraide et de partage, et préfèrent prôner l'individualisme, l'égoïsme, la compétition, l'orgueuil, l'ignorance et le superficiel. Elle a elle aussi sa propre version revisitée de l'histoire. On citera Darwin comme principal fondateur des versets explicatifs sur l'origine de l'humanité.

 

Même si ce puissant modèle est transmis de génération en génération, le lavage de cerveau n'est pas irréversible à ceux qui s'ouvrent à la beauté de la vie. Des révoltés naissent dans le monde entier, des idées alternatives germent dans les esprit, pouvant aboutir à un global et radical changement de paradigme... Et nousmener  tout droit vers une nouvelle ère.

 

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 01:06

Salut camarades ! Puisque l'artiste a oublié de se déconnecter chez moi de sa session admin sur overblog, j'en profite pour y laisser un article rédigé par mes soins !

Comme j'ai rien de très intéressant à dire sur moi, je vais vous parler d'un autre de mes potes, pour le moins très atypique, du genre à partir dans des délires monstrueux ! Je vais vous raconter ça : par exemple une fois, il m'a parlé de ses longs trajets en voiture de son enfance, durant lesquels il se plaignait du temps qui passe trop lentement. (perso ça m'arrive encore ahah). Mais apparemment, les choses ont changé depuis, il ne s'ennuie plus. Et non, il ne s'occupe pas l'esprit avec son portable, et parfois même il n'écoute pas de musique. Mais alors comment ? Il explique ça par un certain 'approfondissement de l'esprit', comme quoi il aurai gagné de la matière à réflexion avec le temps, assez pour ne pas tourner en boucle dans ses idées. Quand on l'observe, tantôt il paraît complètement ailleurs, vagabondant dans son esprit déconnecté avec l'extérieur, tantôt pleinement ancré dans le présent, à contempler le paysage d'un air serein, la respiration lente et profonde, muni de cet éternel sourire en coin.

 

On peut dire qu'il n'a pas besoin de se prendre la tête pour prendre son pied ! Plus surprenant encore, est qu'il se conduit parfois de la sorte quand rien ne lui y contraint, alors qu'il y a mieux à faire, comme si ces instants de recueillements avec lui même étaient vitaux. Même en pleine activité, quand ça lui prend il abandonne son occupation pour s'assoir ou se ocucher, à rêver, lire ou encore écrire..Quelque part entre questionnement intérieur et méditation.

 

Étrange mais amusant personnage, passant son temps à se poser un tas de questions, un rien peut l'interpeller et le propulser dans des délires hallucinants. Parfois il me demande : "Dans le fond, qu'est-ce que tu attends de la vie?". Puis me voyant muet, il s'insurge devant mon manque d'intérêt. Il s'amuse à transformer une simple discussion banale en un simulacre de sujet profond, un spécimen vraiment cocasse, je vous le dis ! Enfin, quand on sort avec des potes, il fait quand même des efforts pour s'intégrer, même si parler du foot, du rugby, des conneries de la dernière bringue, ou des parties de chasse à la femelle... C'est pas son fort. J'avoue que c'est un peu futile, mais on va pas en permanence se prendre la tête avec de la philo, j'en ai eu ma dose au lycée. Y'a des moments pour travailler, d'autres pour s'éclater la tronche et ne plus penser à rien. D'ailleurs les envolées lyriques de ce mec à trois grammes en soirée sont justes magnifiques !

 

En dépit de sa grande sociabilité il passe beaucoup de temps seul. Je me demande bien ce qu'il fait de ses soirées. J'ai vu dans son historique tout un tas de sites et blogs - du sérieux au loufoque - sur la la politique, la finance, la philosophie, le développement spirituel ou encore la 'spiritualité'... Mais de quoi va-t-il encore se soucier ? Bonjour le savoir inutile ! Il m'affirme que je devrai aussi prendre du temps pour me je devrai me recentrer sur mon être, remettre en causes mes idées... Mais perso après une dure journée de labeur je préfère me vider l'esprit devant la télé. Finalement oui c'est triste tout ça, mais qu'est-ce que je peux y faire moi à la misère du monde ou de la destruction de l'environnement par les multinationales? Je veux bien faire des efforts, trier mes déchets tout ça.. mais un moment faut revenir sur Terre, c'est pas nous qui allons changer la face du monde ! Pas envie de me tourmenter sur ces problèmes, j'ai déjà assez de soucis avec ma propre vie, allons plutôt nous distraire pour oublier  ces tracas. Quel est le mal en définitive, tout le monde fait ça non ? Et qu'il arrête de cracher sur la télévision, certes de nos jours on ne compte plus les émissions débiles, mais c'est quand même sur le petit écran qu'on a des spécialistes de haut niveau expliquent ce qu'on doit savoir sur tous les sujets. Et eux au moins on peut leur faire confiance, contrairement à internet où n'importe qui peut dire n'importe quoi. Du coup plus la peine de réfléchir, des gens sont payés pour. Principe du partage des tâches ! Puis on apprends plein d'infos utiles pour sa vie, avec facebook c'est LE moyen de rester connecté avec le monde, comme pour connaître la musique et les fringues du moment par exemple

 

Enfin pour le coup c'est moi qui m'emporte, prit à son propre jeu. Preuve qu'il m'arrive quand même de réfléchir de temps à autre ! Mais j'évite de trop laisser libre cours à mes pensés, trop peur de rester bloquer sur l'idée qu'on soit mortels ou d'autres trucs angoissants. Mais pas de panique, une bonne partie de Call of Duty et tout s'arrange ; )

 

Lâchez vos com'z !

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 20:16

Nous nous ressemblons beaucoup, oui nous en avons conscience, une partie de nous est le fruit de la culture occidentale et de notre éducation. Mais vous rendez vous compte du nombre d'idées qui nous ont étées rentrées dans le crâne sans même qu'on ne s'en aperçoit? Le schéma de vie études, travail, retraite. Ces concepts de capitalisme, compétitivité, hiérarchie. La glorification du travail, de l'égoisme et du matérialisme. D'où vient ce chemin tout tracé, ces idéologie et ces valeurs?

De la machine. Ou du systeme, de babylone, de l'oligarchie mondiale, du capital... Appelez ça comme vous voulez, je parle bien de cette entité qui se moque du bien être de l'humanité. Au travers des médias, de la pub, de l'éducation et de la mode, l'uniformisation se crée, protégée par un conformisme ambiant, où être 'in' est une fierté.. Rares sont ceux qui osent sortir des schémas établis, beaucoup se cachent même, de peur d'être la cible des défenseurs de la norme, qui discréditent et insultent ceux qui se refusent de l'intégrer. On trouve d'ailleurs trop souvent ces défenseurs de la pensée unique au sein de de notre bienveillante famille.

Il est troublant d'observer à quel point chacun de ces concepts, idées et croyances servent le maintient de cette société morbide. Tout ce paradigme semble avoir été inteligemment conçu. L'individualisme jumelé à la compétivité et à la hiérarchisation, nous pousse à nous écraser les uns les autres pour monter dans la pyramide, oubliant le véritable ennemi. La consommation nous centre sur le matériel, nous éloigne de l'intelectuel et du spirituel. On nous a appris à tolérer l'intolérable. On nous a enfermé dans des cages en béton pour nous déconnecter de la nature et de l'humanité qu'il y a en nous, pour améliorer la productivité, et nous enfermer dans l'assiduité.

 

Arrêtons d'aduler la bêtise, la décadence et le cynisme. Stopons la vénération de toutes ces stars écervelées. Arrêtons de donner du crédit à tous ces faux intelectuels. Il faut oser la dissidence, bien que réfléchir par soi même n'apporte pas toujours beaucoup de reconnaissance sociale, car effectivement rare sont ceux qui vont féliciter ton émancipation. Autour de toi on s'inquiète, on essaye de te remettre dans le 'droit' chemin, on te tourne en dérision, où encore on te croit prit de folie... Mais le jeu en vaut la chandelle, donner du sens à nos vies n'a pas de prix. Libère toi de cette prison mentale, et n'accuse jamais autrui , rapelle toi que tu es le seul maître de ton destin. Soit réceptif à la lumière, échappe toi de l'autorité, déconstruit les vérités établies et méfie toi des gourous en toutes sortes.



Pense par toi même et échappe toi de ce qu'on t'a dit d'être !

 

Partager cet article

Repost0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 19:06

Ça y est, on a réussi, c'est fini maintenant. Nous n'avons plus de raison de souffrir. Plus jamais on laissera une telle chose arriver, nous sommes redevenus humains, à tout jamais. Nous avons repris le contrôle de l'économie, plus personne n'est esclave désormais. L'argent ne sert plus à rien, tout est devenu si simple... On va enfin pouvoir vivre sans autre préoccupation que d'être heureux, tous ensembles. Nous allons même pouvoir nous lancer dans de grands projets, et ainsi exprimer la grandeur de l'humanité.... D'ailleurs, toi, dis moi, que vas-tu faire maintenant ? Tu vas développer ton sens scientifique, devenir philosophe, artiste, sportif, ou encore tout ça à la fois ? Quoiqu'il en soit en ce qui me concerne, un peu de repos s'impose, on verra tout ça plus tard, on a tout le temps. Plus personne n'est là pour nous empêcher de célébrer la vie. Oh, j'entends de la musique... Cette mélodie m'est familière, mais d'où vient-elle ? Hé ! Mais... voilà que tout devient flou, que se passe-t-il ? Je me sens partir... Le monde s'efface peu à peu sous mes yeux...

 

[...]

 

Ah, me voilà dans mon lit, seul.. Avec ce foutu réveil qui sonne toujours trop tôt. Putain ce matin, je ne me sens ni la force ni la volonté de me lever.. A quoi bon après tout, rien de beau ne m'attend dans mon agenda aujourd'hui. Encore une journée de travail qui profitera à un monde qui m'est indifférent. Depuis toutes ces années où est passée mon énergie, ma vitalité? Simplement partie. Les jours passent et se ressemblent... Combien de temps vais-je encore tenir le coup? Envie d'hurler mon désespoir.. Pourtant je me dois de tenir ce rythme inhumain, alors même que le soleil ne s'est pas encore levé. Ceci dit, il laisse place à ce magnifique ciel étoilé.. Allez, attendons encore un peu...

 

[...]

 

Hmm... Etoiles... Lune... Dormir...

 

[...]

 

Han merde, ça y est, je suis en retard. Que dois-je faire? J'hésite... Mais je ne devrai pas. Non, désormais, tout s'éclaircit. Je le sais au fond de moi, vivre dans leur monde ne m'apportera rien, qu'ils aillent se faire foutre. Je vais donner du sens à ma vie. J'enfourche mon vélo sous la voie lactée, et vais sonner chez cette fille qui m'a tant intrigué.. Aujourd'hui, je pars à la pousuite de mes rêve.

Partager cet article

Repost0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 23:32

Je sens bien au fond de moi que cette vie ne me correspond pas. J'ai autre chose à faire que de suivre leur règles, aucune envie de trimer plus tard pour un patron, à quoi bon pourrait bien me servir mes diplômes, j'apprendrai mieux sans leur institution. J'ai envie de profiter de la vie qui m'a été donnée, et je ne suis pas, ne serai-ce de manière infime, alléché par leurs offres de richesse. Je ne veux pas vivre dans une cage, fut-elle dorée.

Et pourtant, j'ai peur. Je suis comme vous. Je n'ose pas tout envoyer balader pour m'offrir une vraie vie. Que ce soit en partant sur la route, en rejoignant un éco-village, un squat politique ou artistique.. Les possibilités sont infinies ! Parce que dans le fond, qu'est-ce qu'on a à perdre, suis-je tant attaché à mon minable confort, à cette vie que je n'ai nullement choisis ? Elle n'a pourtant aucun sens. C'est une aberration de considérer 35h de travail hebdomadaires 40 années durant comme une perspective d'avenir viable. Pouvons nous accepter de nous contenter que des weekend et des courtes vacances pour s'évader et oublier le quotidien ? Je vous le demande, ensemble, réfléchissons à une alternative, coût que coût, puisque nous n'avons finalement rien à perdre.

Ne passons pas à coté de notre vie

Partager cet article

Repost0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 15:53

Tu veux bien te comporter normalement ?

C'est anormal de penser des choses pareilles...

Mais t'es vraiment pas quelqu'un de normal

 

HAAAAAAAAAAAAA ! Comment ça, normal ?! Je n'en peux plus d'entendre ce mot à longueur de journée, c'est carrément insuportable ! Voyez vous l'esprit malsain qui se cache derrière ce terme? Parce que finalement, qu'est-ce ça veut dire, 'normal' : Qui est conforme à la norme, habituel. En gros, si tu suis la mentalité et les agissements du troupeau, tu es normal, personne a le droit de te reprocher quoique ce soit, puisque après tout ça serait remettre en cause le comportement de la société. Mais si tu t'en éloignes, tu es un asocial, un inadapté, à remettre dans le droit chemin ou à écraser. Oui c'est idiot, c'est même abérrant.. mais tout le monde fait ça, rien d'anormal là dedans !

Les autres ne sont pourtant pas un exemple, un poil de jugeote permet  vite de s'en apercevoir. La différence est une richesse. Chacun a ses particularités, sa force, son vécu et ses faiblesses.. qui font la beauté de l'humanité. A savoir aussi que toute chose qui est bon pour quelqu'un ne l'est pas forcément pour l'autre, nous fonctionnons de manière différentes avec des envies et des besoins différents. Voyez par exemple comme la pression a des effets différents sur chacun : il y en a que ça motive et rend plus assidus, et d'autres chez qui ça provoque un grand désarroi. Ou encore, on peut préférer le calme et la sérénité, ou le mouvement et l'imprévu. Nous devons tous trouver notre propre voie, il est illusoire de croire qu'on peut trouver un style de vie idéal pour tous.

La norme est une dictature qui nous limite dans nos activités et nous empêche de penser librement. Seulement, elle n'existe que dans nos esprits, elle cesse d'exercer son pouvoir dès qu'on prend conscience de sa révoltante influence et qu'on ne lui consacre alors plus aucune espèce d'importance. Il faut parfois savoir se détacher de la culture dans laquelle on est né et de ce que notre éducation nous a inculqué. Et par dessus tout, se libérer des autres.. C'est un tel plaisir de ne plus ressentir le regard des gens, c'est quand tu prends confiance en toi et que tu te fous du monde, que tu deviens libre.

Partager cet article

Repost0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 11:41

Trop de conversations bateaux. Trop de bavardages impersonnels et superficiels. J'ai souvent cette sensation de ne pas réellement échanger. Il se peut qu'on ai discuté pendant des heures, sans vraiment avoir communiqué sur ce que nous sommes. Peut être nous fréquentons nous depuis des mois, mais devrions nous avouer qu'on ne se connait pas. Car nous dévoilons trop peu ce que nous sommes au fond de nous : nos ressentis, nos émotions, nos réflexions, nos aspirations, nos passions, nos envies, nos inquiétudes, voire nos névroses... Et que sais-je encore?

J'ai rien contre le théâtre, mais à condition de retirer le masque à un moment donné. Oui vraiment, jouer un rôle au quotidien est vide de sens. Et pourtant... Nombreux sont les comédiens du grand carnaval de cette société. On utilise comme une armure ce protagoniste qu'on s'est crée de toute pièce, on se donne du mal pour coller à ce personnage imaginaire. Ca devient une entité à part entière, une sorte de seconde personnalité alternative, optimisée vis à vis des attentes de la collectivité. Par conséquent, on dit ce qu'on ne pense pas, on triche sur nos sentiments, on cache nos goûts, on étouffe notre créativité, on ment sur nos activités, et on évite d'exprimer nos idées trop subversives. C'est ainsi que l'on se contente de suivre les doux virages des normes sociales.

Pourquoi ce cirque en fin de compte ? Nous croyons nous indignes ? Sommes nous terrifiants ? Non, nous sommes beaux et riches. Libérons la lumière émanant de nos cœurs, sortons de la peur et osons révéler à la face du monde la réalité de nos êtres. Réconcilions nous avec nous même, puisse la paix intérieure apaiser nos craintes et la sérénité dépasser le soucis du regard extérieur.

Inutile d'ignorer sa profonde et véritable identité, quoiqu'il en soit rien y fait elle ne peut s'effacer. A quoi ça sert de jouer un rôle quand on ne s'y retrouve pas ? Ce conflit interne permanent ne fait qu'altérer l'intégrité. C'est par la spontanéité qu'on peut dès les premiers instants apprécier la valeur de celui que tu es. Et pour ce que tu es réellement, sans avoir à attendre qu'un acharné vienne déceler le fond de ta personnalité. Cesse d'épuiser ton esprit à ressembler à autrui, l'authenticité bien assumée se révèle une puissante délivrance, une source de profonde aisance et la clé d'un bien être persistant.

Partager cet article

Repost0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 15:28

Vieux témoignage d'un futur bachelier...

Ok ça y est, je suis sur le point de finir le lycée, j'ai passé tout ce temps fou pour avoir la capacité à décrocher le saint baccalauréat. Sauf que finalement, tout ces moments à me conformer à divers contrôle, qu'est-ce que ça m'a appris? Qu'est-ce que ça pourrait m'apporter? Rien, ou presque. Ok j'ai appris à lire, à écrire, à compter. Et tout le reste? Que de futilités. Je ne saurai même plus vous dire sur quoi j'ai trimé. Pourtant, quelle prestigieuse filière que le bac scientifique en science de l'ingénieur avec spécialité maths ! Hélas, toutes les compétences essentielles à la vie ne s'apprennent pas en cours... Pourquoi n'apprenons nous pas à cuisiner? La rencontre d'un camarade très tôt déscolarisé m'a beaucoup renseigné. J'ai été frappé de voir à quel point sa vie a été bien plus riche que la mienne. Ce dissident avait beau n'avoir que deux ans de plus que moi, il se montrait quelqu'un de construit, réfléchis, et bien plus sage que la plupart des personnes que j’eus l'occasion de croiser avant. Et je ne parle même pas de sa pureté... Mais alors, quels savoir faire de plus aurai-je bien pu assimilé pendant qu'il profitant de la vie dans ses voyages? Rien, si ce n'est la capacité à mieux endurer la souffrance.

Je n'ai pas appris à réfléchir, mais seulement à reproduire.
Je n'ai rien crée, j'ai toujours recopié.
Je n'ai rien choisis, j'ai constamment subi.

Aucunes de mes compétences essentielles n'ont été obtenus grâce à l'institution scolaire, en particulier mon esprit critique. J'ai la chance de toujours avoir cherché à faire autre chose de ma vie en dehors des cours, de n'avoir jamais cherché à être premier de la classe, en faisait autre chose de mon temps libre que de simplement me divertir. Sans cela, je serai arrivé à mes 18 ans sans aucune autre aptitude que celle d'être esclave.

Enfin, il y a bien une chose sur laquelle l’école m'a fait progresser, l'art de l'expression écrite. Et c'est cette arme que je retourne contre toi, établissement mortifère !

Partager cet article

Repost0

Recherche

Pages